Comment créer une innovation d’usage

Les utilisateurs sont des acteurs essentiels qu’il faut savoir mobiliser. L’innovation d’usage nécessite de les impliquer au plus tôt pour comprendre leurs besoins, s’imprégner de leur environnement, observer leurs comportements et être réceptif à ce qu’ils créent par eux-mêmes.

Lorsqu’on travaille en entreprise, on a souvent le réflexe de se centrer sur des problèmes techniques, de coût ou de performance. Ou tout simplement de répondre à un besoin identifié dans une étude de marché ou relayé par la direction. Et les problèmes ne manquent pas, pourquoi en chercher d’autres ?

Pourquoi penser innovation d’usage

On passe en réalité peu de temps à observer et à comprendre vraiment le besoin des utilisateurs ou à identifier ce qu’ils proposent. On a du mal à penser usage plutôt que technologie…

Sur un projet de 1.000 heures, combien de temps avez vous passé avec un utilisateur ? Je ne dis pas votre client, mais bien celui qui utilise le produit car ce n’est pas forcement la même personne. Et c’est pourtant bien là que tout commence.

A travers cet article je partage avec vous plusieurs pistes pour vous immerger dans l’univers de l’utilisateur. C’est un excellent moyen pour réveiller votre processus créatif autour des vraies préoccupations ou frustrations de la personne qui utilise votre produit.

Le temps que vous passerez avec l’utilisateur est un excellent investissement. A vous de choisir le bon mode de participation pour l’impliquer dans votre processus d’innovation et faire remonter les bonnes idées.

Innovation d’usage VS innovation technologique

L’innovation d’usage a plusieurs avantages qui ne sont pas des moindres.

  • elle répond à un vrai besoin de l’utilisateur. Prendre le temps d’identifier ce qui enquiquine les gens dans leur quotidien et construire avec eux un scénario qui leur convient est un gage de succès.
  • elle coûte généralement moins cher comparé à une innovation technologique. Les solutions qui répondent à un problème d’usage sont souvent des astuces, des adaptations qui sont facilement réalisables avec des technologies existantes et avec des investissements limités.
Matrice entre rupture d’usage et rupture technologique

L’observation de l’utilisateur

Un des points clés de l’innovation d’usage est d’en comprendre les codes. Pour cela, l’observation est incontournable pour identifier le comportement et les aspirations de l’utilisateur.

Les fonctions du produit

L’identification des fonctions permet de faire le point sur les critères d’usage et les performances attendues. C’est l’occasion de mesurer le niveau de satisfaction de l’utilisateur sur chacune des phases d’usage du produit. On est quelque fois surpris de découvrir que la frustration d’un utilisateur se focalise sur un point de détail.

La valeur sociale

Il est important aussi de comprendre la valeur sociale d’un produit. Il se peut qu’il soit utilisé pour une fonction en lien avec la preuve sociale ou l’estime de soi. Et donc pas forcément pour sa fonction principale.

Par exemple, une montre de luxe est plus portée pour son rôle de bijoux et de preuve sociale que pour donner l’heure.

Les extensions d’usage

L’observation du comportement des utilisateurs nous conduit à identifier également les détournements et les extensions d’usage.

C’est ce qu’a très bien compris la marque Nike en identifiant que la majorité des utilisateurs de chaussures de sport, les portaient dans la rue. Il suffit aujourd’hui de regarder dans des enseignes comme Footlocker pour visualiser le marché qui a été créé.

Les besoins connexes

L’usage d’un produit ne se limite pas à la fonction pour laquelle il a été conçu. Son usage interfère souvent avec d’autres besoins. Ces besoins connexes à l’usage doivent être pris en compte et sont un vrai plus pour l’utilisateur.

Par exemple lorsqu’une maman promène son bébé dans une poussette, il lui arrive aussi de faire des courses. Et pour cela, il est bien utile de pouvoir aussi transporter des achats.

Les utilisateurs experts et créateurs

L’utilisateur expert

Aujourd’hui l’utilisateur dispose de plus en plus d’information par rapport à son usage. Il n’y a qu’à voir tous les blogs qui existent sur à peu près tous les sujets. L’utilisateur devient un expert qui le place comme un acteur essentiel à la compréhension de l’usage.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Placez une partie de votre produit à l'intérieur d'une autre

Certains blogueurs deviennent ainsi des référents et prescripteurs pour de nombreux autres utilisateurs.

L’utilisateur créateur

La force créative d’un utilisateur n’est plus à démontrer. Il suffit de regarder tout ce qui peut être réalisé dans l’univers du bricolage ou la décoration. Les vidéos de DIY – Do It Yourself sur YouTube illustrent parfaitement ce phénomène. C’est une vraie source d’inspiration.

Ces passionnés disposent souvent de peu de moyens. C’est là où la démarche est intéressante car l’usager propose souvent des solutions low-tech avec un excellent ratio utilité/coût. Il ne s’embarrasse pas des contraintes industrielles et normatives qui s’imposent à l’entreprise. C’est du coup un vent de « liberté » qui débride la créativité et permet l’émergence de nouvelles idées.

La diffusion de l’innovation

Cette notion d’utilisateur créateur est particulièrement visible dans les usages identifiés et développés par des communautés. Internet est pour cela un accélérateur formidable pour diffuser ces innovations.

Identifier au plus tôt et s’inspirer de ces créations émergentes est un bon moyen pour être en avance par rapport aux concurrents. Les infos circulent de la même manière pour tous, donc inévitablement d’autres pourront tôt ou tard s’inspirer des mêmes tendances.

Comment intégrer l’utilisateur

Il existe plusieurs solutions pour intégrer l’utilisateur dans les étapes du processus créatif. Que ce soit de manière directe ou indirecte, il est important de le mobiliser sur toute la durée du projet.

Voici 4 moyens d’impliquer l’utilisateur sur une échelle graduelle d’intégration :

  • Observation des utilisateurs et exploration de l’usage.
  • Test d’usage avec l’utilisateur sur le terrain.
  • Participation de l’utilisateur au processus d’innovation.
  • Innovation créée directement par l’utilisateur.

Le processus créatif partant de l’usage

L’innovation d’usage est un processus itératif dont s’inspire d’ailleurs le design thinking. Pour que cela fonctionne bien, voici quelques étapes à mettre en place

L’équipe

L’idéal est de constituer une équipe pluridisciplinaire avec des compétences telles que : pratique de l’usage, design, marketing, technique et test produit.

A noter que certaines compétences peuvent se cumuler. Il est même souhaitable qu’un acteur sur le développement d’un produit soit aussi lui-même un utilisateur.

L’observation

Il s’agit d’apprendre, comprendre et identifier les problématiques d’usages liées au produit. Pour cela une étude des utilisateurs doit être organisée. Elle doit aboutir à la rédaction d’un scénario décrivant la manière dont l’utilisateur interagit avec le produit.

Cela peut se faire à travers une interview utilisateur, un focus groupe ou alors un test sur le terrain.

Voici quelques préoccupations que vous devez avoir en tête au moment d’observer l’utilisateur :

  • compréhension du concept,
  • compréhension de l’usage,
  • facilité d’utilisation du concept / ergonomie,
  • réponse au problème identifié par l’utilisateur,
  • comparaison par rapport à la pratique existante,
  • appropriation du concept par l’utilisateur,
  • condition pour que le produit arrive sur le marché.

L’idéation

A ce stade, il est temps d’organiser une séance de créativité. C’est la phase d’idéation pour générer une « avalanche » d’idées qui répondront aux besoins identifiés précédemment.

Pour cela, vous pouvez organiser un brainstorming ou utiliser par exemple les 40 principes d’innovation de TRIZ.

Le prototypage

C’est le moment de concrétiser les idées les plus pertinentes par rapport au cadre du projet. Cela revient à expérimenter, tester puis valider. Les allers-retours terrain sont cruciaux pour observer l’appropriation des améliorations par l’utilisateur.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Quel planning prendre en compte pour construire son projet ?

Et maintenant ?

Rester connecté à l’utilisateur vous permettra de garder un regard d’explorateur sur des signaux faibles et des bonnes pratiques. Et vous constaterez que plus on observe, plus on sait porter un regard sur les choses impactantes.

C’est aussi un bon moyen de s’oxygéner avec des idées neuves et d’échapper à nos certitudes.

Pour commencer, je vous propose de mettre en place ces 3 premières actions :

1 – ✅ Tout d’abord, identifiez sur votre usage quels sont les utilisateurs prescripteurs et/ou innovateurs (club, communauté, blogueur, etc …) et contactez-les

2 – 👥 Puis, décidez comment intégrer les utilisateurs parmi les moyens présentés

3 – 🚀 Enfin, organisez avec eux un atelier “test terrain” en vous focalisant sur l’observation et l’identification d’opportunités

Voilà, c’est la fin de cet article. Si vous avez trouvé le contenu intéressant, n’hésitez pas à ajouter vos commentaires en dessous. Et le partager avec vos amis ou vos collègues si vous pensez que ça pourrait leur être utile 🙂

A très vite sur le blog Innover malin !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *