Histoire d’innovation : la barrière à la fois lourde et légère

Un jour, le client d’une société qui produit et distribue des barrières de sécurité pour manifestations se plaint de leur stabilité. Lors d’un concert, les barrières se sont couchées sous la pression de la foule, les rendant inutiles et dangereuses.

Le chef d’entreprise, ayant à cœur de satisfaire ses clients et d’améliorer ses produits, en parle à son bureau d’études.

– Nous avons un problème avec nos barrières, annonce de chef d’entreprise. Elles ne résistent pas à la pression de la foule. Comment pourrions-nous solutionner ça ?

– Est-ce qu’elles ont été bien utilisées ? Demande le responsable de la qualité. Parce que si elles sont mal montées, ça peut être la source du problème.

– Oui, bien sûr ça peut être un critère aggravant. Mais prenons l’hypothèse qu’elles ont été bien installées et réfléchissons à améliorer notre produit. Qu’est-ce qui pose problème ?

– À vrai dire, nos barrières tubulaires sont plutôt légères, répond un ingénieur. Elles basculent facilement en avant si la pression est trop forte.

– Et donc…

– On pourrait les placer en accordéon pour éviter qu’elles basculent.

– C’est une bonne idée, malheureusement, je crains que ça ne soit pas suffisant, car les barrières peuvent être déplacées et basculer à nouveau. Il nous faut quelque chose de beaucoup plus stable et moins vulnérable.

– Et bien alors, il y a la solution de les alourdir au maximum. Comme ça la foule ne pourra pas les déplacer.

– OK, c’est une bonne idée. Par contre, il faut qu’elles restent légères pour le transport et ne pas augmenter le coût du produit.

– Là par contre, c’est un peu contradictoire ce que vous dites : elles ne peuvent pas être lourdes et légères à la fois.

– Et bien justement, essayons de lever cette contradiction physique : être lourd et léger.

– C’est juste pas possible !!!

– C’est vrai que la barrière ne peut pas être en même temps lourde et légère. En revanche, on peut séparer dans le temps ces deux états. La barrière peut être légère durant le transport et lourde au moment de la manifestation. Reste à trouver comment l’alourdir lorsque la foule est là.

– On pourrait ajouter des poids en béton sur la barrière !

– Oui d’accord, mais ça revient à manipuler de lourdes masses en béton. Ça ne résout pas notre problème. De quelles ressources “gratuites” disposons-nous sur place pour alourdir ces barrières ?

Et soudain l’idée astucieuse apparaît !

– eh oui, la foule elle-même pourrait servir de poids. En créant un support horizontal qui fait partie de la barrière, les gens pourront monter dessus et ainsi éviter qu’elle bascule ! Et lorsque les gens s’en vont, la barrière peut être réduite à une forme compacte qui facilite le transport et le stockage.

☼ Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Vous avez une idée innovante : Les 10 erreurs à éviter

Au final, c’est en mettant le doigt sur la contradiction qui limite la performance de la barrière que l’équipe a pu solutionner le problème. Ensuite, ils ne leur restaient plus qu’à utiliser le principe de séparation dans le temps pour sortir du compromis et trouver une solution astucieuse et élégante.

En réalité, ce système de barrière a été inventé en 1989 par les Anglais Pierce Jason et Pierce Roger WILLIAM. Ce concept, appelé Crush Barrier, offre au final une solution simple, démontable et robuste. Un brevet est publié en Angleterre sous le n°GB2228510A.

Barrière de contrôle du public – Image SICO Europe.

Et maintenant ?

Cette petite histoire nous montre un mécanisme fluide et participatif qui conduit à l’innovation.

  1. Un challenge ambitieux basé sur une insatisfaction client,
  2. La compréhension du problème qui a mis en évidence la contradiction qui limitait la performance du produit,
  3. L’exploration de nouvelles solutions avec l’usage d’un principe d’innovation,
  4. La sélection d’une solution astucieuse qui sonne juste par rapport au besoin du client.

C’est au final un cheminement très simple que vous pouvez suivre dans vos projets pour vous arracher de l’attraction de l’existant.

Pour en savoir plus, je vous invite à découvrir comment les contradictions se solutionnent grâce à la méthode TRIZ. Vous êtes libre aussi de parcourir les principes de séparation qui vous permettront de trouver des solutions vraiment astucieuses.

Voilà, c’est la fin de cette histoire d’innovation. Si vous avez trouvé le contenu intéressant et que vous voulez que j’en raconte d’autres sous ce format, n’hésitez pas à me le dire et à écrire vos commentaires en dessous. Et le partager avec vos amis ou vos collègues si vous pensez que ça pourrait les inspirer aussi ! 🙂

2 Réponses pour “Histoire d’innovation : la barrière à la fois lourde et légère

  1. Bonjour Laurent,

    J’aime beaucoup l’instant “Et soudain l’idée astucieuse apparaît !” dans votre article. 🙂

    Article très intéressant. Oui, j’en redemande. 🙂

    Au plaisir de vous lire et mieux découvrir la méthode Triz.

    A bientôt,
    Hamidul

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *