Sur plus d’un siècle, l’évolution technique de la raquette à neige a intégré au fil de l’eau de multiples innovations.

C’est l’occasion de prendre un peu de recul sur ces évolutions techniques successives et de mieux comprendre les principes qui les régissent. C’est aussi l’opportunité de rendre hommage à tous ces inventeurs qui ont marqué de leur empreinte la technique de ces produits.

Je vous propose une série de 15 brevets d’invention qui ont tous apporté leur pierre à l’édifice. Vous remarquerez que certains sont étonnants et nous montrent d’ailleurs que la seule limite à l’évolution d’un produit est celle de notre imagination.

Vous découvrirez dans chaque description :

  • La référence du brevet avec un lien direct sur la plateforme Espacenet de l’Office Européen des brevets
  • Le principe d’innovation auquel se rapporte l’invention du produit

L’évolution technique de la raquette à neige

La (première) raquette à neige

En 1904, l’américain PHELPS CHANDLEY EARL dépose un brevet sous le n°CA91230A pour cette première version de raquette à neige. Vous noterez sa forme épurée et une certaine ressemblance avec une raquette de tennis.

L’évolution articulée

En 1908, le norvégien FREDERIK AASNAES invente une fixation articulée et dépose un brevet sous le n°FR399364A. L’invention apporte plus de dynamisme au produit et permet de pouvoir dérouler le pied tout en conservant l’appui de la raquette sur le sol enneigé.

Un élément de structure cranté

En 1912, l’américain PEASE ALBERT dépose un brevet sous le n°CA144051A pour une évolution de la raquette à neige intégrant sous le pied une partie crantée pour améliorer l’accroche. Cette approche multifonctions permet d’adapter la performance du produit pour des sols plus durs ou glissants.

La raquette à neige asymétrique

En 1937, le canadien NELSON JAMES invente une raquette à neige asymétrique sous le brevet n°CA370605A. Cette asymétrie permet d’orienter le pied selon l’axe d’articulation naturel du pied.

Une structure aux rebords inclinés

En 1979, le français LACOMBE GERARD invente une raquette à neige dont les extrémités sont relevées et disposant de crampons intégrés dans le pourtour du cadre monobloc. Le profil courbe de la raquette et ses multiples astuces sont décrites dans le brevet n°FR2409066A1.

La raquette à neige à fixation rapide

En 1980, le français BIBOLLET JEAN CLAUDE dépose le brevet d’invention n°FR2477025A1. Il décrit une raquette à neige munie d’une plaque articulée et crantée placée sous le pied. Ce dispositif intègre également un système de fixation type ski de fond. Cette raquette plus dynamique améliore l’accroche sur le sol et facilite la fixation sur la chaussure.

L’évolution avec cale de montée

En 1994, le français RAMBOZ GERARD invente un système de cale de montée dynamique pour améliorer l’usage du produit lors d’une ascension. Cette cale peut pivoter pour adapter sa hauteur selon la pente. Le brevet est déposé sous le n°FR9412557A.

☼ Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  L'évolution technique des palmes de plongée : histoire d'innovation

Une articulation transversale

En 1998, le français QUELLAIS JACQUES invente pour le compte de la société Salomon une raquette à neige articulée. Elle permet grâce à son dynamisme de s’adapter à une pente en dévers et garantir ainsi un bon appui sur la neige. Le brevet est déposé sous le n°FR9707140A.

Une articulation intégrée dans la chaussure

En 2002, le français BARBOUX THIERRY invente pour le compte de la société TSL une raquette à neige avec le point de pivot de la fixation directement intégré à la chaussure et munie d’une plaque dentée indépendante : principe de segmentation. Le brevet est déposé sous le n°FR2825931A1.

La raquette à neige modulaire

En 2002, l’américain SETTELMAYER JOSEPH dépose un brevet sous le n°US0145274W pour l’invention d’une raquette à neige ajustable en longueur grâce à une partie amovible. La segmentation de la structure permet d’adapter la surface de portance sur la neige en fonction du besoin de l’utilisateur.

Une structure adaptable en descente

En 2008, les français GALLAY PHILIPPE et MALLINJOUD JULIE inventent une raquette à neige permettant une articulation limitée vers le bas favorisant ainsi la marche dans les descentes. Cette astuce renforce le dynamisme du produit et le rend plus polyvalent. Le brevet est déposé pour le compte de la société TSL sous le n°FR0510401A.

La raquette à neige gonflable

En 2011, le bulgare DIMITROV PETAR invente une raquette à neige gonflable et dépose un brevet sous le n°BG11084311A. La flottaison sur la neige prend ici tout son sens : principe de fluide. En outre ce principe permet un rangement plus compact et un poids moindre. Cette solution technique est un OVNI parmi les autres brevets cités, mais je tenais à la faire figurer dans cette liste du fait de sa singularité.

Un profil de structure 100% courbé

En 2010, le norvégien HOMELIEN HANS-OLE invente une raquette à neige disposant d’un profil totalement courbe. Cette solution technique déposée sous le brevet n°NO2010000398W permet d’offrir un meilleur déroulé du pied.

Une structure localement souple

En 2015, les norvégiens BRUNSVIG CHRISTIAN, WENSTØP FREDRIK, WENSTØP KRISTIAN et WOOLEY LIAM inventent une structure de raquette à neige localement souple. Cette solution technique décrite dans le brevet n°NO20120892A remplace le système d’articulation habituellement mécanique.

La raquette à neige Michelin

En 2019, les français BLOUIN DAMIEN, IGIER EMMANUEL, SOUYRI PHILIPPE inventent une raquette à neige disposant d’une partie localement caoutchoutée disposant d’une sculpture faisant référence aux pneus pour automobile. Ce brevet est déposé par la société Michelin sous le n°FR3075061A1.

Quelles observations faire sur ces brevets

Pour chacun des brevets, vous avez pu voir le principe d’innovation qui était en jeu. J’ai retenu celui, qui selon moi, traduit le mieux l’évolution par rapport à la version précédente du produit. C’est aussi l’occasion de vous montrer la simplicité de ces principes pour innover sur un produit.

Nous avons abordé ici les principes suivant : dynamisme, multifonctions, asymétrie, courbe, segmentation, fluide et qualité locale. Ce sont 7 principes issus des 40 principes d’innovation de TRIZ

☼ Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Brevet ou secret : les 7 questions à se poser

Si cet article sur l’évolution de la raquette à neige vous a plu, je vous invite à découvrir d’autres produits en cliquant sur la liste des articles similaires juste au-dessous. 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.