Principe d’innovation : placer une partie de votre produit à l’intérieur d’une autre

Inclure un objet dans un autre ouvre la voie de la compacité et permet surtout de faire interagir plus facilement les différentes parties d’un produit pour le rendre plus pratique à l’usage.

Dans la plupart des produits, vous avez remarqué qu’il existe un certain nombre d’espaces vides. En effet, pour un volume extérieur donné, il parait souvent évident pour des raisons de poids et de coût de privilégier une enveloppe la plus fine possible plutôt que des constructions massives. Et par conséquence, des vides apparaissent… Ces espaces sont une réelle opportunité pour innover.

Pour commencer, je vais partager avec vous les secrets de ce principe d’innovation et vous expliquer comment l’utiliser. Puis, nous verrons ensemble, 3 exemples qui vous permettront de bien comprendre son application et de l’utiliser immédiatement.

Ce principe d’inclusion est issu des 40 principes d’innovation de la méthode TRIZ. Et en l’appliquant, nul doute que vous proposerez des idées pertinentes qui rendront votre produit plus intégré, plus compact et plus adaptable.

Le principe d’inclusion

Que se passe-t-il si vous placez un objet dans un autre ?

Le principe d’inclusion propose donc de placer un objet dans un autre. Il peut y avoir plusieurs intérêts à utiliser ce principe d’innovation.

Tout d’abord, on pense évidemment au côté compact que peut représenter ce type de solution. Ce qui est compact prend moins de place et se range plus facilement. C’est tout simplement l’idée des poupées russes qui peuvent être emboîtées les unes dans les autres.

On exploite ainsi une partie creuse du produit pour loger autre chose à l’intérieur. Cela évite par exemple de perdre des parties de l’objet qui peuvent être démontées régulièrement.

Mais on y trouve un autre intérêt. Celui de faire interagir de manière plus pertinente deux parties d’un même objet. Par exemple, permettre à une partie robuste d’en protéger une autre plus fragile – ou permettre à une partie d’agir physiquement au cœur d’une autre pour en limiter son action.

Et enfin, cela ouvre la perspective de pouvoir inclure une action dans une autre. Il existe souvent des actions complémentaires qui ne sont que le prolongement d’une action principale. On peut donc imaginer d’inclure une partie au service d’une action complémentaire dans une autre partie au service elle d’une action principale.

Comment appliquer ce principe d’inclusion

Plusieurs formulations peuvent être utilisées pour exploiter au mieux ce principe d’Inclusion. Voyons ensemble 3 formulations possibles :

1 – Inclure une partie dans une zone creuse du [produit]

Prenons le cas du tournevis.

” Placer une partie dans une zone creuse du [tournevis] suggère par exemple l’idée de placer des embouts dans le manche. Cette idée a permis à certains fabricants de proposer un tournevis avec un set complet d’embouts dans le manche. Cette idée est vraiment maligne pour garder sous la main « sans jeux de mots … » l’ensemble des embouts.

Tournevis universel avec un pack complet d’embouts intégré dans le manche

Cela permet également de ne pas les perdre. Ou encore mieux, de pouvoir les identifier rapidement par un code couleur et un pictogramme.

Et enfin, cette solution compacte vous permettra d’économiser de la place dans votre boîte à outils. D’une inclusion toute bête, on arrive à formuler toute une série d’avantages.

☼ Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Principe d'innovation : déplacer une partie de votre produit dans une autre dimension

2 – Inclure un [objet proche] dans une partie creuse du [produit]

Tout d’abord, il vous faut sélectionner une liste d’objets proches que vous pourriez associer. Faites tout simplement une liste de produits du même univers. Pour cela, pensez à une personne en train d’utiliser le produit. Et réfléchissez à ce qu’elle utilise d’autre dans ce contexte-là.

Prenons le cas du bidon de vélo.

” Placer un [objet proche] dans une partie creuse du [bidon] suggère par exemple l’idée d’inclure non pas le sirop, mais la bouteille de sirop. Cette idée a permis à Aptonia de proposer l’idée du Bidon double-use. Le bidon qui intègre non pas la bouteille évidement mais une cartouche de sirop.

Bidon de vélo avec recharge de produit énergétique et réglage de la richesse

Cette idée est géniale, car en incluant ainsi le sirop dans la bouteille vous ne vendez plus seulement un bidon, mais également un consommable « la cartouche de sirop ».

Et là, le business model n’est plus du tout le même … De plus, le fait d’intégrer une partie dans une autre permet de faire interagir plus facilement l’une par rapport à l’autre. Par exemple, l’utilisateur peut régler le débit de sirop quand il le veut ! Chose évidemment impossible à faire quand le mélange est fait au préalable… 😉

3 – Inclure une partie du [produit] à l’intérieur d’une autre

Prenons le cas de la machine à laver.

” Placer une partie de [la machine à laver] à l’intérieur d’une autre “ suggère par exemple l’idée d’inclure un hublot… dans le hublot. Cette idée a permis à Samsung de proposer le concept Hublot AddWash.

Lave linge avec un petit hublot intégré dans l’ouverture principale

Ce concept vraiment malin permet de pouvoir ajouter un vêtement à laver même si le bac est mis en eau. Bien utile pour celui qui a juste oublié une paire de chaussettes et qui ne souhaite pas attendre la prochaine lessive 😉

D’autres exemples qui illustrent ce principe d’innovation

Le sac de jeu SlideAway inclut un tapis qui permet un usage plus facile des jouets. Le rangement est ensuite plus rapide !
Les lumières WingLights se fixent à l’extrémité intérieure du guidon.
Le rouleau Smart Roller de Wagner dispose d’une recharge de peinture inclue dans le manche et d’une poignée de commande pour gérer l’approvisionnement plus facilement.
Le rétroviseur Corky se fixe à l’extrémité intérieure du guidon.
Le fauteuil StowFitness intègre dans sa partie creuse un banc de musculation ou un vélo d’appartement.
Cette échelle télescopique permet de se replier jusqu’à une taille rentrant dans le coffre d’une voiture.

Et maintenant ?

Vous venez de voir 3 exemples qui illustrent l’application de ce principe d’innovation. Désormais vous êtes armés pour l’utiliser et vous allez pouvoir passer à l’action en pratiquant un peu. Pour ça, je vous demande de réfléchir maintenant sur un produit qui n’a pas évolué depuis un certain temps. Il est temps de le dépoussiérer !!!

Faites vraiment l’exercice tout de suite. Ça ne vous prendra que 10 minutes ! Il faut « battre le fer pendant qu’il est chaud » !

Pour aller plus loin…

Je vous invite à découvrir le reste des 40 principes d’innovation de TRIZ, car c’est une vraie mine d’or. Cela vous aidera à trouver d’autres solutions inventives et astucieuses.

Puis, si vous avez identifié un problème bien précis, vous êtes libre de suivre ma méthode TRIZ Express. Elle vous permettra de focaliser l’action de chaque principe sur l’objectif que vous voulez atteindre.

Enfin, si vous faites face à une contradiction, vous pouvez aussi utiliser la matrice de TRIZ. Elle vous permettra de limiter le nombre des principes à utiliser.

Bonne créativité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *