10 principes pour lutter contre les idées toutes faites

Votre cerveau n’est pas toujours adapté pour analyser les choses avec discernement. Certains biais alimentent des idées toutes faites et peuvent réellement vous handicaper dans votre processus d’innovation si vous n’y êtes pas préparé.

Les idées toutes faites sont tenaces et il est souvent difficile de s’en détacher. Avec un peu de recul, elles traduisent souvent un manque de réflexion et d’analyse. Pour autant, il n’est pas toujours évident d’en prendre conscience et ça peut vite devenir une résistance pour innover en entreprise.

Remettre en cause des certitudes – les vôtres ou celles des autres – demande un effort : un temps de réflexion qui souvent passe à l’as dans une vie qui va de plus en plus vite.

Essayons de comprendre ensemble les comportements et les biais qui alimentent les certitudes. Pour cela, je partage avec vous 10 principes pour vous aider à lutter contre les idées toutes faites. Ce sera pour vous l’occasion de mieux en comprendre les mécanismes et de vous en libérer plus facilement.

1 – L’interprétation

Inconsciemment, votre esprit interprète une situation en absence d’information. Votre cerveau à horreur du vide et imagine facilement des hypothèses qui deviennent vite des certitudes.

Le problème est que ces informations peuvent être erronées … mais pour autant vous arrivez à vous convaincre du contraire. L’interprétation construite dans votre tête devient pour vous la réalité.

C’est l’erreur dans laquelle les enquêteurs de police essaient de ne pas tomber en focalisant leur analyse sur des faits réels et non pas en se laissant influencer par leurs émotions ou leurs interprétations.

Pour y remédier, réinterprétez la situation avec des faits réels. Cela vous permettra de changer de point de vue – ou celui de votre interlocuteur – en étant plus en lien avec la réalité.

2 – Le poids de la menace

Quand vous faites face à une menace, vous pouvez facilement faire une fixation dessus. Depuis toujours, notre instinct de survie pousse notre cerveau à identifier les menaces et à rester attentif.

Le problème est qu’en faisant un focus sur la menace, vous pouvez vite devenir paralysé à l’idée de prendre un risque inconsidéré.

Pour y remédier, mettez en lumière le scénario catastrophe. Cela vous permettra souvent de dédramatiser les choses. Visualiser la réalité aide souvent à surmonter les difficultés ou tout simplement de constater que la menace est passée voire n’existe pas.

Par exemple lorsqu’un enfant a peur dans le noir et qu’il ressent une menace avec des “monstres imaginaires”, il se rassure en utilisant une lampe torche. Le résultat est immédiat.

3 – La fuite

Vous avez sans doute déjà ressenti le désir de fuir plutôt que d’affronter les choses. C’est normal, on est tous passé par là : c’est notre réflexe « d’homme des cavernes ». Force est de constater, qu’en face d’un problème technique le comportement est souvent le même. 

Le contournement est toujours plus facile que l’affrontement. Mais c’est perdre l’opportunité de résoudre un vrai problème porteur d’innovation. En réalité, c’est souvent dans la difficulté que vous réussirez à innover.

Pour y remédier, supprimez les conflits intérieurs qui vous obligent à fuir : regardez vos craintes en face pour mieux les appréhender. Prenez le temps de réfléchir et forcez-vous à maintenir votre réflexion lorsque vous ressentez le désir de fuir.

4 – L’illusion entre travail et résultat

Vous avez peut être l’impression d’être plus utile à résoudre des problèmes plutôt que de n’avoir rien à faire. Je vous rassure, c’est un sentiment largement répandu qui conduit à confondre travail et résultat. Lorsqu’un résultat a demandé beaucoup d’efforts, vous avez l’illusion d’avoir bien travaillé. A contrario un résultat obtenu dans la facilité vous semble suspect.

Prenons l’exemple de l’illusion d’un bon manager. Un bon manager est celui qui est débordé par les problèmes à gérer et qui travaille tard le soir OU celui qui n’a pas de problème et qui peut se permettre de sortir à une heure normale.

On pourrait tout aussi bien prendre l’exemple d’un médecin. Est-ce qu’un bon médecin est celui qui attend que vous soyez malade pour vous donner une ordonnance longue comme le bras OU un médecin qui souhaite vous voir une fois par an pour un check-up vous évitant d’être malade.

Pour un projet d’innovation, vous pouvez constater la même chose et confondre quantité de travail et efficacité sur le long terme.

Pour y remédier, établissez une liste de vérification pour éviter les problèmes : au final vous gagnerez du temps. Et lorsque vous effectuez une action, surtout regardez le résultat et prenez du recul. Puis analysez si vous auriez pu faire les choses différemment en faisant moins d’efforts.

5 – La surestimation

C’est votre tendance à surestimer vos propres capacités en particulier si vous avez une expérience limitée dans le domaine. Ce que d’autres appellent le biais de confiance en soi.

Dans un projet d’innovation, c’est une illusion qui peut vous coûter cher, notamment dans la construction d’un planning. Par nature on pense souvent que tout va bien se passer.

Par exemple, en bricolant vous vous êtes sans doute rendu compte que les travaux prennent toujours plus de temps que ce que vous imaginiez. Cela tient du fait que – comme la plupart des gens – vous n’êtes pas expert dans le domaine et vous n’avez pas la connaissance d’un artisan chevronné pour le temps réel nécessaire.

En revanche en connaissant ce biais, vous évaluerez une situation avec plus de discernement. Ce qui vous permettra de douter et rester prudent jusqu’à maîtriser votre sujet.

Pour y remédier, suspendez votre jugement et prenez conseil auprès de ceux qui savent. Lancez-vous avec prudence en faisant un test pour vous rendre compte de la difficulté ou faites un point à mi-parcours et réévaluer la situation.

6 – Le biais de confirmation

De manière générale, vous prêtez plus attention aux informations qui valident vos choix. Et du coup, vous avez tendance à juger trop vite sans comprendre la vraie raison. Ce qui peut être dangereux au moment d’analyser un marché ou les besoins d’un utilisateur.

« Le danger, ce n’est pas ce qu’on ignore, c’est ce qu’on tient pour certain et qui ne l’est pas. »

Mark Twain

Pour y remédier, intéressez-vous aux contradictions sources de questionnement. Prenez le temps de la compréhension, votre jugement n’en sera que meilleur.

7 – Le biais rétrospectif 

Il vous est sans doute déjà arrivé de vous dire que vous auriez dû faire autrement. Le fait d’analyser le passé fait naître parfois une forme de culpabilité. Mais ce que vous devez prendre en compte c’est que votre niveau d’information est différent entre aujourd’hui et hier. Aujourd’hui vous savez … mais hier vous ne le saviez pas !

La référence au passé peut vite vous décourager en vous disant que vous auriez dû parcourir ce chemin bien avant et qu’il est trop tard. C’est évidemment faux, il n’est jamais trop tard pour bien faire. L’important est d’agir !

« Le meilleur moment de planter un arbre c’était il y a 20 vingt ans, le deuxième meilleur moment c’est maintenant ! »

Proverbe chinois

Pour y remédier, appuyez-vous sur le passé mais concentrez-vous sur des actions ici et maintenant.

8 – L’idéalisation

Il est facile d’aimer l’idée de faire quelque chose, mais c’est très différent de le faire vraiment. Pour autant, il y a une grosse différence entre ce que vous imaginez être et le vivre réellement. Dit différemment, vous idéalisez facilement ce que font les autres et ce que vous n’avez pas encore vécu.

« L’herbe est toujours plus verte dans le pré d’à côté. »

Proverbe populaire

Vous pouvez aussi tomber dans le piège de ne juger que partiellement les choses. Dans ce cas vous n’enviez que la partie visible sans prendre conscience de toutes contraintes.

Ce le piège dans lequel tombent de nombreux innovateurs en ne voyant que le côté positif de l’innovation avant de se lancer. La réalité est qu’un projet d’innovation est plus une histoire de sueur que de gloire.

Pour y remédier, demander un avis objectif à quelqu’un qui connait la situation et prenez des décisions sur des faits concrets et sans idéaliser. Dites vous que face à des avantages, il existe souvent des inconvénients : à vous de trouver lesquels.

9 – L’attachement

Plus vous vous attachez aux choses que vous faites, plus il vous est difficile d’accepter le changement. C’est un sentiment normal car vous voyez cette remise en cause comme un échec.

Ce qui est vrai pour vos réalisations est vrai aussi pour vos jugements. Vous chercherez naturellement à rester cohérent quitte à vous enfermer dans une mauvaise voie. Personne ne veut être désigné comme quelqu’un qui change d’avis tout le temps ou qui ne tient pas ses promesses.

Pour y remédier, détachez-vous des choses pour réagir plus facilement aux circonstances imprévues et souvent incontrôlables. Vous avez le droit de changer d’avis !

« Il n’y a aucun mal à changer d’avis. Pourvu que ce soit dans le bon sens. »

Winston Churchill

10 – La preuve sociale

Les mêmes avis donnent confiance et encourage à faire pareil. Le fait que tout le monde pense la même chose semble convaincant. C’est un piège dans lequel vous pouvez facilement tomber lors d’un travail en groupe. Attention à l’effet mouton de Panurge !!!

Évidemment, c’est aussi un risque dans l’innovation car suivre le plus grand nombre sans remettre en cause les vrais problèmes vous conduit à préserver l’existant ou le faire évoluer uniquement à la marge.

Vous pouvez aussi passer à côté d’une réelle opportunité. Car souvent les idées innovantes subissent des oppositions au moment où elles naissent.

« Toute vérité franchit trois étapes. – D’abord, elle est ridiculisée. – Ensuite, elle subit une forte opposition. – Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.»

Arthur Schopenhauer

Pour y remédier, soyez objectif sur la situation et les raisons réelles qui guident vos choix. Gardez toujours votre libre arbitre !


A travers ces 10 principes, vous serez mieux armé pour lutter contre les idées toutes faites. Ce sont des mécanismes simples à appréhender qu’il faut juste garder à l’esprit lorsqu’une situation se présente.

Cette compréhension de l’esprit humain face au processus de changement, vous aidera aussi à être plus serein dans la cadre d’un projet d’innovation. Vous garderez ainsi un esprit plus ouvert.

Voilà, c’est la fin de cet article, j’espère qu’il vous à plu. Si vous avez trouvé le contenu intéressant, n’hésitez pas à ajouter vos commentaires en dessous. Je serai très intéressé de les lire et je répondrai autant que possible à vos questions, alors c’est l’occasion !

Et n’hésitez pas non plus à le partager avec vos amis ou vos collègues si vous pensez que ça pourrait leur être utile 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *