Pourquoi toutes les idées naissent imparfaites

La recherche de la perfection est certainement le frein n°1 au développement de nos projets. La peur de mal faire empêche souvent de faire… Et pourtant il faut bien admettre que toutes les idées naissent imparfaites.

La recherche de la perfection est une situation dans laquelle se trouvent beaucoup d’entrepreneurs et de personnes créatives.

Ensuite, le malaise s’amplifie lorsque la sensation d’imperfection se conjugue avec l’absolue nécessité de lancer un projet. Que ce soit pour rentabiliser des investissements ou ne pas se faire doubler par les concurrents. La question de retarder la sortie du produit ou de le lancer tel-quel se pose souvent.

Par nature, on a du mal à accepter de créer des choses imparfaites. On voudrait tout simplement que les gens aiment ce que l’on aime. Et du coup, on a du mal à comprendre que d’autres personnes ne soient pas aussi enthousiastes pour une idée que l’on trouve soi-même fantastique.

Par ailleurs, lorsqu’on reçoit des critiques elles peuvent nous blesser et toucher notre amour propre ! Pourtant, il faut s’y résoudre, nos idées naissent imparfaites.

Pourquoi les idées naissent imparfaites ?

A travers cet article, je vais partager avec vous les principales raisons qui font que les idées naissent imparfaites. Le simple fait d’en avoir conscience, vous mènera à plus de clairvoyance et de discernement.

Notre référentiel n’est pas forcement celui des autres

Se lancer dans un projet c’est faire des choix, prendre un parti pris. Ces choix nous les faisons par rapport à notre référentiel. Notre histoire personnelle, nos expériences vécues et le contexte dans lequel on vit orientent inconsciemment nos choix et c’est normal. C’est là une des premières raisons qui fait que ce que l’on créé est imparfait.

« Choisir, c’est renoncer » André Gide

Inconsciemment, nous avons renoncé à satisfaire certaines attentes en pensant qu’elles n’étaient pas prioritaires. Et au fil du temps, nous avons accepté certaines lacunes parce qu’il fallait bien avancer… Par rapport aux infos dont nous disposions, nous avons fait des choix, nous avons suivi nos intuitions et c’est très bien.

Mais la conséquence de tout ça, est que le produit est peut être très bien selon notre référentiel, mais ce n’est pas forcément le cas pour tout le monde.

Notre Ego nous aveugle

Notre jugement n’est pas toujours objectif. A force de travailler dur sur un projet, notre vision peut être biaisée. Quelque fois nous avons passé tellement de temps, dépensé tellement d’argent et investi tellement de notre personne qu’il nous est difficile d’admettre que notre idée est imparfaite. Ce manque de discernement concerne tout le monde à un moment donné, c’est humain tout simplement.

Inconsciemment, notre ego nous aveugle et nous sommes de moins en moins réceptif à la critique. Nous faisons une fixation sur ce qui nous semble être la bonne voie à suivre. D’ailleurs, certaines personnes en arrivent à banaliser les critiques pour ne pas avoir à les traiter. Ou alors deviennent extrêmement défensives comme par réaction…

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment innover grâce aux brevets existants

En réalité, tout cela nous conduit à ne pas prendre conscience que notre idée est imparfaite. Et pourtant c’est bien le cas… D’où l’importance du doute, du discernement et de la curiosité. L’envie de vraiment comprendre les choses et de ne pas s’arrêter sur ce qui nous arrange.

L’amélioration au fil du temps

La perfection prend du temps. On ne peut pas penser à tout, tout de suite, c’est impossible. Une succession d’essais et d’erreurs est nécessaire à l’évolution d’un produit. Toutes les idées doivent être améliorées au fil du temps avant de devenir des innovations.

Pour tendre vers un idéal, il faut traiter des contraintes qui n’apparaissent que lorsque le produit est vraiment utilisé et adopté par le grand public. A vouloir être parfait, on prend le risque de reporter indéfiniment un projet … qui probablement ne sortira jamais des cartons !

En revanche, accepter un produit imparfait, permet d’avancer par étapes. Et si le produit est vraiment innovant, plusieurs lacunes pourront être accepté par l’utilisateur.

Un projet … c’est comme un enfant

Un parent ne dit jamais que son enfant est “moche”. Celui que l’on a enfanté, qui est à notre image ne peut être que beau … Il peut crier, faire pipi au lit, avoir des boutons, dire des bêtises, ramener des mauvaises notes … on le trouvera toujours beau, intelligent et adorable !

Si vous y réfléchissez vraiment d’un point de vue objectif… les bébés à la naissance doivent tout apprendre et progressent tout au long de leur développement. C’est pareil pour les produits que l’on conçoit. Ils naissent imparfaits et s’améliorent avec le temps.

L’histoire nous montre que les projets naissent imparfaits

Les premiers avions des frères Wright étaient hyper dangereux.

Le premier baladeur de Sony avait un son de mauvaise qualité.

Le premier ordinateur d’IBM avait une interface pas du tout ergonomique.

On pourrait trouver des milliers d’exemples de produit qui lorsqu’ils ont été lancés étaient imparfaits. Mais l’histoire montre aussi que ces mêmes produits ont créé un engouement spectaculaire. Ils ont été la première pierre d’un édifice fantastique.

Comment lutter contre ce syndrome du besoin de perfection ?

Se confronter aux autres

Les innovations naissent toujours imparfaites dans la tête de l’inventeur. Telle une pierre brute qui n’a été taillée que grossièrement. Puis c’est en se frottant aux autres qu’elle se polie petit à petit. Il ne faut pas avoir peur de se confronter aux autres. Même si la démarche n’est pas toujours intuitive pour tous, elle apporte vraiment un plus.

Le gros intérêt de solliciter l’avis d’autrui est qu’il ne se soucie pas de ce que vous pensez de votre propre idée. Sous réserve bien sûr de le questionner de manière ouverte et sans prosélytisme. En réalité si vous restez neutre, il va tout simplement juger si votre innovation peut lui apporter de la valeur.

Ce feedback vous permettra de recentrer votre idée sur ce que veulent vraiment les gens. Tout du moins c’est une première étape.

Accepter la critique

Cependant, certaines personnes ont du mal à accepter la critique. C’est vrai, cela demande un effort personnel car on titille notre amour propre.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  TRIZ pour les nuls : 40 principes d'innovation

Il ne faut pas prendre pour soi les critiques mais au contraire rebondir dessus pour avancer. Il ne faut pas voir la critique comme un constat d’échec pour votre projet, mais comme un moyen de l’améliorer. Quoi qu’il en soit, il vaut mieux cultiver un esprit ouvert.

Trouver le marché réceptif à un projet imparfait

Pour avancer , vous l’aurez compris, l’idée n’est pas d’attendre que le produit soit parfait pour être commercialisé. Sinon vous n’êtes pas prêt de faire du chiffre d’affaire. L’idée est plutôt de se demander quel marché sera réceptif à votre produit tel qu’il est actuellement. Qui sera convaincu de l’intérêt de votre innovation tout en acceptant les lacunes actuelles ?

Comme nous l’avons vu précédemment, il est courant qu’une idée naisse imparfaite. Voire qu’elle paraisse inférieure aux autres. Les premiers avions étaient moins sûrs que les trains et allaient moins loin que les bateaux, … mais l’essentiel n’était pas là. Certaines personnes voulaient autre chose.

C’est souvent le cas des produits de rupture qui trouvent un écho au début chez des « non clients », c’est à dire ceux qui ne sont pas satisfaits des solutions existantes. Il est donc important de tester le marché rapidement pour corriger le tir ensuite.

Un produit minimum viable

Pour confirmer un marché ou une niche, le mieux est de présenter un produit à des clients potentiels. Pas forcément un produit hyper abouti, mais ce qu’on appelle un produit minimum viable.

Il s’agit d’un produit ou d’un prototype suffisamment élaboré pour être utilisé et obtenir un feedback de qualité de la part de vos prospects.

Avant de communiquer votre projet en externe, je vous invite à lire cet article sur la confidentialité : Confidentialité : 5 règles d’or à respecter

Et maintenant ?

Le dilemme autour de l’imperfection est un faux problème que l’on se pose. Par nature, nous aimons bien procrastiner. Pour lutter contre ces mauvaises habitudes, il faut à un moment donner se lancer et passer à l’action.

Soyez imparfait et continuez à créer !

Voilà, c’est la fin de cet article. Si vous avez trouvé le contenu intéressant, n’hésitez pas à ajouter vos commentaires en dessous. Et le partager avec vos amis ou vos collègues si vous pensez que ça pourrait leur être utile;)

A très vite sur le blog Innover malin !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *