Comment utiliser les 9 écrans pour imaginer le futur d’un produit

La méthode des 9 écrans est un outil qui mixte astucieusement analyse et créativité. A travers un questionnement systémique et historique, il permet d’imaginer l’évolution d’un produit.

Quand on conçoit un nouveau produit, il arrive souvent qu’on ait le nez dans le guidon. On veut répondre rapidement à un besoin client ou à un problème technique. Et dans ce cas, on cherche à aller droit au but. Au risque parfois de passer à côté de l’essentiel.

Pourquoi utiliser la méthode des 9 écrans

Tout d’abord, en utilisant la matrice des 9 écrans, vous prendrez du recul sur votre projet et investirez un temps utile pour :

  • Identifier les parties de votre produit et son environnement,
  • Définir comment ses composantes ont évolué dans le temps jusqu’à présent,
  • Imaginer comment elles évolueront dans le futur et comment elles impacteront votre produit.

Puis la méthode des 9 écrans vous guidera vers une approche structurante. Elle permet de croiser une vision systémique du produit avec une vision historique. Le fait de combiner ces deux composantes vous permettra de construire une analyse plus solide.

Matrice des 9 écrans avec des dimensions systémique et historique

C’est aussi un bon moyen de représenter l’ensemble des informations sous une forme synthétique qui vous permettra d’avoir une meilleure lecture de la situation et des enjeux réels liés à l’évolution du produit.

En quoi consiste cette méthode

Une vision systémique

Tout d’abord, au centre de la matrice se trouve l’objet technique que vous avez sélectionné, le système. Puis, l’approche systémique vous invite à définir le sous-système et le super-système.

  • Sous-système : les composants ou les sous-ensembles qui permettent à votre objet de fonctionner.
  • Super-système : l’environnement, l’utilisateur et les services.

Une vision historique

Ensuite, l’approche historique vous invite à identifier la situation passée pour chacun de ces niveaux.

Enfin, reste à imaginer l’évolution de chaque niveau. Et c’est là que la méthode est puissante et en même temps très ludique. Le fait de comprendre l’évolution du passé vers le présent vous permettra de préfigurer la situation future par simple extrapolation.

« Qui sait le passé peut conjecturer l’avenir.» Jacques-Bénigne Bossuet

A travers l’approche sous-système vous intégrerez les évolutions technologiques des composants. Et l’approche super-système vous permettra de prendre en compte les évolutions d’usage et contextuelle.

Des variantes possibles

A noter qu’il ne faut pas voir cette matrice 3×3 comme un dogme. Si vous souhaitez limiter le cadre de votre étude au système et à ses composants, dans ce cas construisez une matrice 2×3 (6 cases). En revanche si vous souhaitez allez encore plus en profondeur dans votre analyse, votre représentation peut très bien devenir une matrice 4×3 (12 cases).

Comment appliquer les 9 écrans à un produit

Comme pour toute méthode, il existe un processus à suivre en plusieurs phases. Pour faire simple, je vous propose 6 étapes à suivre et quelques astuces.

Prenons l’exemple d’un volet roulant motorisé qui fait parti du monde de la fermeture.

Volet roulant motorisé muni d’une télécommande radio.

1 – Définissez le système : l’objet technique.

Le système : le volet roulant à pour fonction de protéger l’intérieur d’une habitation de l’environnement extérieur : lumière, température, personne externe, etc …

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment utiliser l'analyse morphologique pour créer de nouveaux produits

Utilisez un terme assez générique pour ne pas brider l’imagination. Pour un volet roulant, nous pourrions aussi utiliser le terme de « fermeture » qui reste compréhensible sans être trop signifiant.

2 – Décrivez le sous-système : les composants ou les sous-ensembles.

Le sous système : le volet roulant comprend un tablier (ensemble des lames du volet roulant), un arbre d’enroulement et ses liaisons pivots, un moteur électrique et une interface utilisateur.

Ne cherchez pas à être exhaustif. L’idée est d’identifier les principaux organes qui permettent au système de fonctionner. Une liste trop longue rendra l’exercice laborieux et brouillera la clarté de votre représentation. Limitez-vous de 3 à 7 organes, pas plus.

3 – Décrivez le super-système : l’usage, l’environnement et les services.

Le super-système : par une simple commande de l’utilisateur, le volet roulant qui est intégré dans la maçonnerie permet de fermer partiellement ou totalement l’accès à une ouverture telle qu’une fenêtre.

C’est un point qui peut être assez vaste en fonction du périmètre auquel vous vous limitez. En fonction de votre brief de départ votre intuition saura vous guider pour définir si vous devez parler plus de produit, de service ou d’usage.

4 – Définissez l’état passé de chacun de ces niveaux.

Par le passé (et c’est encore le cas aujourd’hui pour de nombreuses implantations) le volet roulant était rapporté sur la fenêtre et manœuvré manuellement par l’utilisateur à l’aide d’une sangle ou d’une tringle oscillante.

Cette mise en situation nous montre une évolution du système suivant plusieurs tendances. Le simple fait décrire la situation passée et présente nous indique où se situe l’évolution. C’est le point de départ pour imaginer par transposition ce que sera la situation future.

Pour certains, c’est un point qui paraît inutile. Ils se disent à quoi bon regarder le passé alors qu’on nous demande de nous concentrer sur l’avenir…

En réalité c’est une erreur capitale. Car pour savoir où aller, il faut se fixer une direction. Et il y a de forte chance que votre système évolue dans la continuité d’une tendance. Certes il peut y avoir des ruptures mais cela reste une exception.

5 – Définissez des hypothèses d’évolution

N’hésitez pas à vous aider des 8 lois d’évolution de TRIZ pour éclairer des propositions futures. C’est une aide précieuse qui fonctionne très bien pour ce genre d’exercice prospectif.

Plus précisément, je vous suggère d’utiliser les critères gradués d’évolution d’un objet technique. C’est hyper simple à utiliser et cela permet de positionner le curseur d’évolution au bon niveau. Il vous suffit ensuite de le bouger dans le bon sens 🙂

🔎 Le niveau d’intervention humaine

  • Avant : avec une manœuvre manuelle l’utilisateur intervient sur l’ensemble du cycle.
  • Actuellement : l’utilisateur intervient sur la commande puis c’est le système motorisé qui prend le relai.
  • 🚀 Après : le système devient totalement automatique.

🔎 Le niveau de contrôle

  • Avant : l’utilisateur manœuvre le volet par lui-même et s’assure visuellement qu’il se trouve à la position voulue.
  • Actuellement : l’utilisateur commande une position voulue et le système positionne le tablier à la bonne hauteur.
  • 🚀 Après :
    1. le système devient autonome et s’adapte seul aux conditions extérieures.
    2. grâce aux prévisions, le système anticipe la fermeture partielle ou totale de la fenêtre.
    3. le système devient auto-apprenant et adapte son comportement selon les habitudes de l’utilisateur.
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment résoudre un problème technique difficile

🔎 Le niveau d’intégration

  • Avant : le volet est rapporté en plus de la fenêtre.
  • Actuellement : le volet est juxtaposé à la fenêtre et forme un bloc-baie (ensemble monobloc constitué du volet roulant et de la fenêtre).
  • 🚀 Après :
    1. le volet roulant fusionne avec la fenêtre. Par exemple le verre devient photo-chromique et s’opacifie à la demande.
    2. l’alimentation électrique devient intégrée dans le système grâce à un panneau solaire inclus dans le verre de la fenêtre.

En continuant ainsi, on pourrait continuer cette exploration et découvrir de nombreuses autres pistes de réflexion.

6 – Imaginez à quoi pourrait ressembler votre produit.

A l’aide des ces suggestions d’évolution, vous allez pouvoir imaginer votre futur produit. En réalité, votre seule limite est celle de votre imagination !

A ce moment là, vous êtes dans une étape importante du processus créatif. Si vous réalisez cela en groupe, je vous invite à mettre en place les règles de bonnes pratiques pour que chacun puisse s’exprimer sans censure.

En conclusion, je dirai que la méthode de 9 écrans est facile d’utilisation et convient à tout type de public. Elle a le gros avantage de mixer analyse et créativité. Hors c’est idéal pour proposer des systèmes cohérents.

Par ailleurs, je vous conseille vivement de garder l’historique de vos matrices. Par exemple, il peut être intéressant de les réutiliser lorsqu’un élément change dans l’environnement. Cela donnera lieu à de nouvelles séances de créativité.

Ce qu’il faut retenir

Voilà, c’est la fin de cet article. Si vous avez trouvé le contenu intéressant, n’hésitez pas à ajouter vos commentaires en dessous. Et le partager avec vos amis ou vos collègues si vous pensez que ça pourrait leur être utile 🙂

A très vite sur le blog Innover malin !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *