• 7
    Partages

Il nous est tous arrivé d’avoir soudainement une idée de génie dans un contexte particulier : en buvant un café ou un bon verre de vin tranquillement chez soi, en se promenant sur un stand lors d’un salon ou en observant je ne sais quoi lors d’une promenade : une forme de processus créatif inconscient.

Ou au contraire, il nous est tous arrivé de rester bloqué des heures face à un problème en attendant une illumination … qui quelquefois n’arrive jamais. Devant tant d’incertitude, il est facile de baisser les bras . Devant tant de difficultés, il est facile de croire qu’on n’a pas toujours le niveau.

Comment naissent les idées ?

Cette question est essentielle car si nous comprenons comment naissent les idées, nous pouvons agir. Dans cet article, je partage avec vous les 4 étapes du processus créatif. Vous comprendrez comment votre esprit procède pour résoudre un problème. Ainsi, vous aurez en main les bons leviers pour trouver des idées à la demande et non plus au petit bonheur la chance 😉

Au cours du processus créatif, la solution face à un problème s’impose parfois petit à petit. Ou, au contraire, vient à l’esprit comme une illumination « eurêka ! ». Cette étape surprenante, vécue comme un flash, s’inscrit en réalité dans un processus linéaire en 4 étapes : la préparation > l’incubation > l’illumination > la vérification.

C’est Graham Wallas qui définit le mieux ce modèle du processus créatif dans son livre The Art of Thought (1926). Aujourd’hui, sa vision reste une référence.

Étape n°1 : La préparation

Il faut voir cette première phase comme une prise en main du sujet à traiter. En effet, comment peut-on résoudre un problème si on ne connait pas le sujet ? Il est nécessaire de s’immerger dans le thème pour en comprendre les codes. Dans la résolution de problème, la connaissance et l’expérience précèdent toujours l’action.

Par exemple en mathématique, comment pourrait-on résoudre un problème sans avoir appris avant les principes de base de l’arithmétique ?

Dans bien des cas, notre niveau de connaissance semble suffisant. Mais il ne faut pas s’en satisfaire. Il faut au contraire toujours se mettre dans la peau d’un apprenti qui apprend durant toute sa vie.

Le processus créatif n’aboutit pas à l’émergence de solutions venues de nulle part. Au contraire, il se base souvent sur des solutions préexistantes qu’on combine entre elles par association d’idées. C’est pourquoi notre niveau de connaissance est capital pour alimenter le processus créatif.

Pour cela, je vous invite à mettre en place 3 bonnes habitudes que je pratique pour rester ouvert d’esprit et curieux.

  1. Mettez en place une veille documentaire sur votre domaine actuel, ou sur un nouveau en fonction de vos besoins.
  2. Voyagez et rendez-vous régulièrement sur un salon pour vous immerger dans l’actualité de votre marché.
  3. Lisez un nouveau bouquin traitant du sujet qui vous concerne.

« La chance ne sourit qu’aux esprits bien préparés. » Louis Pasteur

Étape n°2 : L’incubation

Cette deuxième phase peut paraître bien mystérieuse. On y fait souvent référence à propos d’un œuf pour décrire la période pendant laquelle l’embryon se développe. Ou alors à propos d’une maladie pour décrire le temps qui s’écoule entre la contamination et l’apparition des premiers symptômes.

Dans le cadre du processus d’idéation, l’incubation est le moment où “vos neurones” vont travailler. C’est une phase pendant laquelle vous allez être confronté au problème à résoudre. C’est sans doute l’étape la plus délicate car votre réflexion peut vagabonder des heures durant… sans aucun résultat.

Pour que votre cerveau fonctionne correctement, et soit focalisé sur l’essentiel, il faut appliquer une certaine méthode. Je vous propose 3 astuces pour ne pas laisser votre esprit dans «  le brouillard ».

  1. Prenez le temps de bien cerner le problème à résoudre.
  2. Utilisez des leviers pour orienter votre réflexion efficacement vers des solutions pertinentes. Personnellement, j’utilise régulièrement les principes d’innovation de TRIZ. Ils ont le mérite de traiter en quelques formulations, l’essentiel du champs du possible. Par association d’idées, votre esprit sera plus efficace. Évidemment, cela doit rester une démarche intuitive.
  3. Réfléchissez dans un environnement favorable à la créativité. Il faut vous placer dans une posture de légèreté, loin du tumulte de votre vie stressante.

« Si j’avais une heure pour résoudre un problème, je passerais cinquante-cinq minutes à définir le problème et seulement cinq minutes à trouver la solution. » Albert Einstein

Étape n°3 : L’illumination

Dans cette troisième étape, c’est le moment où l’illumination arrive : une idée émerge. Rappelez-vous que nous sommes dans un processus séquentiel. Cela veut dire que la qualité de vos idées sera toujours la conséquence de la qualité de vos connaissances et des principes d’innovations suivis.

Au contraire des autres étapes, l’illumination est une phase brève. C’est la raison pour laquelle, il faut saisir les idées à l’instant où elles arrivent. Il faut les accueillir avec bienveillance et leur faire de la place pour qu’elles grandissent.

Pour cela je vous invite à suivre 3 règles pour conserver un bon état d’esprit.

  1. Écoutez les autres avec bienveillance, ils feront de même pour vous.
  2. Présentez toutes vos idées, même les plus farfelues. Il ne faut pas se mettre de limite dans cette phase-là. Une idée naît souvent imparfaite, acceptez-le.
  3. Présentez votre idée en partant du problème. On communique toujours plus efficacement en pivotant du problème vers la solution. C’est un bon levier pour que votre idée accroche vos interlocuteurs.

« Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté. » Winston Churchill

Étape n°4 : La vérification

L’ultime étape du processus est la vérification. C’est l’étape de la raison qui fait parler notre bon sens et notre jugement. Certaines idées ne sont pas réalisables et doivent être éliminées, d’autres mériteront de grandir un peu plus. Puis vous sélectionnerez quelques pépites qui seront pour vous la solution à vos problèmes.

Pour être efficace et rester lucide lors de cette phase, voici quelques conseils.

  1. Relisez le problème de départ pour être bien sûr d’y répondre et de ne pas vous laisser entraîner sur un hors sujet…
  2. Forcez-vous à vous représenter l’idée mentalement et aller au bout de la démarche. C’est un vrai effort à fournir !
  3. Soyez concret et factuel sur la critique d’une idée. Le pire serait d’écarter une idée sans fondement.

Et maintenant ?

En ayant conscience de ce processus créatif, il devient comme évident d’agir dans le bon ordre. Avoir une idée est une joie intérieure que l’on a envie de communiquer. Pouvoir en quelque sorte « automatiser » cette démarche, est sans doute un gage de plaisir dans son métier.

Je vous invite à initier dès maintenant cette démarche en suivant ces 2 actions :

  1. Pour commencer, mettez en place une veille documentaire dans votre domaine
  2. Puis, lisez les 40 principes d’innovation de TRIZ qui sont autant d’incubateurs en puissance pour faire émerger des idées pertinentes.

Voilà, c’est la fin de cet article. Si vous avez trouvé le contenu intéressant, n’hésitez pas à ajouter vos commentaires en dessous. Et le partager avec vos amis ou vos collègues si vous pensez que ça pourrait leur être utile 😉

A très vite sur le blog Innover malin !


  • 7
    Partages
  • 7
    Partages

One Reply to “Comment maîtriser les 4 étapes du processus créatif”

  1. Merci Laurent pour cet article ! Ce dernier va encore me pousser un peu plus vers mon projet de création d’un nouvel investissement “Pro-Passion” !…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *