L’art de l’innovation est souvent une histoire de posture et d’attitude : savoir observer le monde qui nous entoure, chercher à en comprendre les secrets, s’enrichir de cette connaissance pour ensuite s’en servir dans ses projets.

Pour cela, il est nécessaire de rester dans une attitude d’apprentissage permanent et se rappeler qu’on reste un apprenti toute sa vie.

D’ailleurs, il suffit de regarder la posture d’innovateurs qui réussissent pour identifier des comportements similaires :

  • Réflexe d’observer son environnement avec curiosité
  • Capacité à comprendre et à expérimenter
  • Aisance pour en tirer et apprendre de nouvelles connaissances
  • Facilité à les transposer dans un nouveau contexte

1. Observer

Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté.

Winston Churchill — Homme d’état britannique

Les problèmes sources d’opportunités

Il ne vous aura pas échappé que de nombreux produits souffrent de problèmes récurrents. Cependant, rares sont ceux qui ont la capacité à identifier ces problèmes et remettent en cause des compromis semblant inévitables pour les autres. C’est pourtant cette facilité à accueillir un problème comme étant un potentiel d’amélioration qui fait toute la différence. 

Pour cela, il suffit de développer votre apprentissage sur l’étude d’objet réel en essayant tout d’abord de trouver quelles en sont les limites. Le rapport physique à l’objet dans son contexte d’usage est un avantage certain pour une observation de qualité.

C’est en observant le problème de buée à l’intérieur des masques de plongée panoramique, que Décathlon a imaginé le système double flux du masque Easybreath.

Le temps de l’observation

Il existe une réelle différence entre voir et regarder. À la différence de voir, regarder implique de fixer son attention que ce soit sur un objet, un processus ou un usage. Regarder est une démarche volontaire et active. 

Il faut savoir s’étonner et s’indigner face à ce qui existe déjà pour pouvoir ensuite initier une remise en cause. L’attitude de l’observateur est donc quelqu’un qui arrive à bousculer le statuquo tout en se disant qu’il est possible de le faire évoluer. C’est l’attitude du râleur positif ! 

C’est en remettant en cause le temps de montage des tentes de randonnée, pourtant accepté depuis des années, que Quechua a inventé la tente auto-deployante munie d’un double toit : la tente 2s.

2. Comprendre et expérimenter

Si vous ne pouvez pas l’expliquer simplement, vous ne le comprenez pas assez bien.

Albert Einstein — Physicien

Le temps de la compréhension

Vous avez sans doute déjà constaté que notre esprit est attiré naturellement par le monde de la solution. Ce qui pose un problème, car plutôt que de chercher à comprendre précisément le problème notre esprit chemine par facilité vers le compromis le plus simple ou vers la solution semblant la plus évidente.

☼ Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Comment faire face à l'incertitude

Pour comprendre les limites d’un système et les éventuels problèmes auxquels il fait face, il est nécessaire de mettre le nez sous le capot. Pour cela, vous devez commencer par repérer les paramètres descriptifs du problème. 

Intuitivement, vous avez sans doute remarqué qu’on a le mauvais réflexe d’ajouter une rustine au problème plutôt que de chercher à supprimer le problème. Cependant, en ajoutant quelque chose de nouveau, on ajoute également de nouveaux problèmes… et les rustines s’empilent ! 

Les paramètres influents du problème

Face à un problème, il est toujours intéressant de faire apparaître des leviers potentiels d’action. Le simple fait de chercher à comprendre leur influence sur les performances du produit et de les faire évoluer permet de faire apparaître de nouvelles solutions. 

En somme, il est intéressant de comprendre les paramètres qui pilotent le problème. C’est cette analyse, nourrie d’hypothèses et suivie de vérifications, qui représente le cheminement de l’expérimentation de l’innovateur.

Lorsque les premiers volets roulants sont arrivés sur le marché, les lames étaient plates et réalisées en bois. Malheureusement, elles généraient un gros diamètre d’enroulement occasionnant une difficulté d’intégration ou une perte de clair de jour en occultant partiellement la fenêtre. Les paramètres influents pour diminuer le diamètre d’enroulement sont la forme (rayon, épaisseur et pas de la lame) et le matériau qui rend possibles certaines formes. Depuis 50 ans, les principales innovations se sont portées sur ces paramètres.

3. Apprendre

Tout comme l’appétit vient en mangeant, l’inspiration vient en travaillant.

Igor Stravinski — Compositeur russe

Les principes d’action

Si vous voulez apprendre quelque chose d’une expérience, il est important d’en extraire l’essentiel, puis d’en définir un principe d’action qui vous sera utile par la suite. Il faut chercher à retenir des principes simples, des concepts formulés sous une forme générique pour être réutilisés facilement.

Lorsqu’on observe une solution existante sur un nouveau produit, il est intéressant de détecter son originalité puis d’essayer de formuler sous une forme générique le problème poser et la solution. C’est ce qui vous aidera à mémoriser le principe d’innovation qui est exploité par l’innovateur qui a imaginé le produit que vous avez entre les mains.

Lorsque Parkis propose un système de rangement vertical pour vélo, c’est une vraie solution pour tous ceux qui ont besoin de gagner de la place au sol. On peut retenir le principe qu’un problème peut se résoudre dans une autre dimension (horizontale => verticale). Soit dit en passant, c’est l’un des 40 principes d’innovation de TRIZ.

L’apprentissage par l’expérimentation

En suivant cette démarche, chaque expérience ancre de nouvelles connaissances pratiques dans votre esprit. Votre boîte à outils se développe au fil de vos analyses et induit de nouvelles idées.

Cette posture est naturellement proche de celle de l’innovation. C’est donc ce que vous devez mettre en place de manière systématique lorsque vous analysez un produit. Essayez d’en tirer une leçon pour pouvoir la réutiliser par la suite.

Depuis quelque temps, en achetant des vêtements chez Décathlon, j’ai constaté que les étiquettes textiles sont accrochées par un lien fait de la même matière que le vêtement. De ce fait, lorsqu’on coupe l’étiquette, la partie restante ne crée pas d’inconfort. On peut retenir de cette histoire, qu’un problème peut être résolu en utilisant les potentiels présents, en l’occurrence ici le matériau du vêtement dont les chutes ne manquent pas au moment de la production.

4. Transposer (faire mieux)

Si vous pouvez le rêver, vous pouvez le faire.

Walt Disney — Producteur et réalisateur américain

La génération d’idée par transposition

C’est grâce à votre expérience accumulée précédemment que vous saurez générer de nouvelles idées par transposition. Il faut donc chercher à augmenter votre connaissance pour augmenter votre capacité à innover. 

☼ Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Innover Malin, c'est chercher à faire simple !

Exploiter les apprentissages de toute nouvelle situation est une opportunité essentielle pour augmenter vos connaissances de façon autonome. C’est à partir de ce moment-là que vous pourrez vous demander comment transposer cette solution dans votre propre contexte professionnel. 

En somme, vous devez chercher à ouvrir votre esprit au recyclage d’idées existantes. Dites-vous que l’innovation est souvent une combinaison nouvelle de choses existantes.

C’est par cette démarche qu’en 1965, inspiré par l’aéroglisseur, l’ingénieur suédois Karl Dalhman crée la tondeuse à coussin d’air connue sous la marque Flymo.

La fixation

Encore faut-il éviter l’autocensure face à de nouvelles idées. Pour cela, il est nécessaire de lutter contre la fixation psychologique, c’est-à-dire se détacher de l’existant et de ce qui a toujours été fait d’une certaine manière. 

Retenez ce que Arthur Schopenhauer a écrit au sujet d’une idée nouvelle. Toute vérité franchit trois étapes : 

  1. Tout d’abord, elle est ridiculisée
  2. Ensuite, elle subit une forte opposition 
  3. Puis elle est considérée comme ayant toujours été une évidence. 

Bref, vous l’aurez compris, pour innover il faut de l’ouverture d’esprit, du courage et de la persévérance. Votre première idée ne sera peut-être pas la bonne, mais en tout cas il est nécessaire de persévérer par un travail itératif pour la rendre meilleure.

C’est ce qui est arrivé à Galilée lorsqu’il a proposé d’admettre que la terre était ronde. À l’époque, il est passé pour un fou et a dû rendre des comptes à l’inquisition.

Et maintenant ?

Ces quatre principes clés pour développer votre posture d’innovateur sont pour vous l’opportunité d’une vraie prise de conscience. Cette analyse sur votre manière de faire vous permettra d’aller plus loin dans votre capacité à innover.

C’est ce qui vous permettra de développer une posture permanente d’innovation et générer facilement des solutions ingénieuses en privilégiant les potentiels présents. 

C’est aussi ce qui nous a inspiré avec Pierre-Alain WEITE Enseignant chercheur à l’Université de Technologie de Belfort Montbéliard — pour imaginer une nouvelle manière d’aborder la conception innovante lors de formations en entreprise. Favoriser la bonne posture face à l’innovation est essentiel pour générer plus facilement des solutions ingénieuses et pertinentes.

Voilà, c’est la fin de cet article. Si vous avez trouvé le contenu intéressant, n’hésitez pas à poster vos commentaires ou vos questions en bas de cette page, et à le partager avec vos amis ou vos collègues si vous pensez que ça pourrait leur être utile ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.